Je suis de pierre.

L’ironie du sort a voulu que l’on me donne l’apparence du bois et des végétaux. Pour autant, mon cœur reste de pierre.

Je représente une croix de bois érigée sur une stèle végétalisée. Symbolisant la vie, la nature, l’éphémère, nulle sève ne m’irrigue pourtant.

Ma nature minérale perdure au-delà du temps. Je suis gardienne des saisons. Mais le lierre, le vrai, court le long de mon socle, s’étirant déjà jusqu’à mon faîte. La mousse s’est installée dans mes recoins oubliés et envahit désormais mes courbes. La patine du temps recouvre mon essence et efface doucement mon caractère. Elle mêle mon âme à mon apparence, comme sujet et miroir ne faisant plus qu’un.

Bientôt je n’aurai même plus d’identité !

Texte écrit par Corinne J. lors de l’atelier “Ô temps en emporte le vent” du 2 septembre 2018