Nous avons eu la chance de participer à un atelier co-animé par Mathias Howald et Benjamin Pécoud, deux des trois membres du collectif « Caractères Mobiles ».

Ce collectif est basé dans une ancienne imprimerie, lieu devenu L-Imprimerie, situé à l’avenue de Morges 33 à Lausanne. Un grand local aux murs clairs, qui regroupe divers artistes-artisans dans des domaines éclectiques : bijouterie, céramiques, poteries, etc…

Ce samedi 1er décembre, plusieurs artistes sont passés installer leurs productions, en vue de leur marché du lendemain, nous offrant un lieu d’écriture très vivant et inspirant.

www.l-imprimerie.ch

Mathias Howald est né en 1979. Il vit à Lausanne où il enseigne l’anglais dans un gymnase. Il est également l’auteur d’un roman d’introspection familiale sorti cette année aux Editions d’Autre Part : « Hériter du silence ». Ce dernier figure dans mes coups de cœur de l’année ! Mathias emprunte différentes pistes pour décortiquer les liens, la transmission, les non-dits… Le lecteur est aisément emporté dans cette histoire où il est convié à suivre différentes générations d’une même famille, à des périodes « clés » allant des années soixante à nos jours.

Benjamin Pécoud est né en 1981. Il vit à Lausanne. Il est auteur et traducteur. Il travaille sur commande et traduit avant tout des romans. Actuellement, il travaille à la traduction de l’œuvre de l’écrivain suisse-allemand Hermann Burger. Il fait également partie du comité de rédaction de la revue Viceversa Littérature.

« Caractères Mobiles » propose des ateliers d’écriture, ou « des expériences en lien avec l’écrit » très originales, qui se déroulent dans des contextes très variés. Le mieux pour se faire une idée de leurs activités est de découvrir leurs événements passés et textes de participants sur leur site : www.caracteresmobiles.ch

Nous avons commencé par une consigne d’écriture très originale, qui nous a permis d’entamer une réflexion et des échanges particulièrement nourris sur le thème de la traduction.

La suite de nos écrits s’est faite en lien avec le travail proposé aux habitants de Montricher par le collectif, lors d’une résidence à la Fondation Michalski, à l’été 2017.

Les habitants de ce village ont reçu dans leur boîte aux lettres un bulletin pour passer une commande de texte. Les trois membres du collectif ont écrit pour eux un texte inspiré par le contenu du bulletin. Il était possible d’échanger avec les écrivains, souvent installés à une table, près de l’épicerie du village. Mathias et Benjamin espèrent que le recueil de textes en lien avec cette expérience sera édité. Cette expérience est bien sûr relatée sur le site du collectif.

J’ai eu beaucoup de plaisir à vivre ces moments d’écriture et de partages avec Mathias et Benjamin et les remercie chaleureusement, ainsi que David Gagnebin-de Bons qui a proposé et organisé cette journée.

Francine